Fermeture du 6 au 21 août inclus.
Reprise des expéditions le 22 août

L’idée de bien chez Tolstoï et Nietzsche

Léon Chestov

L’idée de bien chez Tolstoï et Nietzsche Philosophie et prédication

Paru en novembre 2019

Vrin - Bibliothèque d'Histoire de la Philosophie – Poche

Disponible
Prix : 12,00 €
Acheter

240 pages - 11 × 18 × 1,4 cm
ISBN 978-2-7116-2933-6 - novembre 2019
Télécharger la table des matières

Présentation

En mettant en regard Tolstoï et Nietzsche, Léon Chestov fait se mesurer le « grand écrivain de la terre russe », défenseur de la morale, au « responsable des crimes de la jeune génération » dont les écrits ont inquiété jusqu’en Russie. Le premier a cherché à travers ses grands romans à répandre sa conception du bien. Le second s’est employé à tuer Dieu et à dévoiler les artifices de la morale. Tolstoï n’a-t-il pas cherché, dans Qu’est-ce que l’art?, à être le bouclier contre cet orage provenant de l’Occident?
Pourtant, en les confrontant plus précisément sur l’Idée de Bien, Chestov en vient sans le dire à diminuer Tolstoï et grandir Nietzsche tout en les rassemblant sur plus d’un point. C’est que Tolstoï s’est rendu coupable de se satisfaire de sa vertu, quand Nietzsche en a payé le prix dans sa souffrance. Si Nietzsche a renié sa foi, n’a-t-il pas cherché Dieu? Jusqu’à cet Ubermensch, peut-être, le surhomme dont Chestov semble vouloir croire qu’il est le Dieu nouveau de Nietzsche.