Le site de la Librairie Philosophique J. Vrin utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur des services.
En continuant sur notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Je comprends

Les Éditions / La librairie
 

 

Aux portes de la gloire

Analyse théologique du millénarisme de saint Irénée de Lyon

Cyril Pasquier

Epuisé
« Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection. Sur eux la seconde mort n’a pas d’emprise : ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et régneront avec lui pendant les mille ans » (Ap 20, 6).
Cette parole énigmatique à la fin de la Bible est controversée. Face à Joachim de Flore qui identifie les mille ans avec un temps chronologique de l’histoire en proclamant une époque du Saint-Esprit à venir, l’interprétation de St Augustin, qui comprend le règne des mille ans comme le temps de l’Église, s’est imposée. La mauvaise réputation du millénarisme touche aussi les Pères de l’Église, tout d’abord St Irénée de Lyon qui développe cette idée dans son œuvre Adversus haereses.
L’auteur, moine bénédictin de l’Abbaye Ste-Anne de Kergonan en France, montre que « la prophétie du regnum iustorum, selon la propre expression d’Irénée au sujet du millennium, loin d’être une hérésie, est au contraire comme la mise en abyme de toute la foi de l’Église ».